ALERTE : Recrudescence des cas de dengue en Guadeloupe

La Guadeloupe est actuellement aux prises avec une menace invisible, mais bien réelle : la dengue. Les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme alors que la circulation du virus de la dengue s’intensifie dans l’archipel, touchant particulièrement les communes de Saint-François et de Trois-Rivières. La situation n’est guère meilleure à Saint-Barthélemy, où le nombre de cas continue d’augmenter.

📈🦟 Les chiffres parlent d’eux-mêmes : une augmentation régulière du nombre de cas de dengue est constatée, faisant craindre une véritable épidémie. Santé publique France a déjà annoncé que la Guadeloupe se trouve désormais en phase épidémique (phase 4 niveau 1 du PSAGE* dengue).

Les autorités de santé exhortent la population à adopter des mesures de prévention rigoureuses pour endiguer la propagation de la maladie. Parmi les recommandations clés figurent les actions simples « vider, renverser, jeter », destinées à éliminer les gîtes de reproduction des moustiques, les vecteurs de la dengue.

L’application de ces recommandations est l’affaire de tous, tant au niveau individuel que collectif. Il est impératif que chaque citoyen prenne ses responsabilités pour limiter la prolifération des moustiques.

En cas d’apparition de symptômes évocateurs de la dengue, tels qu’une fièvre élevée, des maux de tête, des courbatures, etc., il est essentiel de consulter un médecin. Il est également recommandé d’éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires, qui pourraient aggraver la maladie. Pour se protéger des piqûres de moustiques, il est conseillé d’utiliser des produits corporels anti-moustiques, de porter des vêtements longs et d’utiliser des moustiquaires, en particulier pour les enfants.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) de Guadeloupe maintient un effort constant dans la lutte contre la dengue. Cela comprend le renforcement de la surveillance épidémiologique en collaboration avec Santé publique France, la mise en place d’actions de communication pour sensibiliser la population, et le renforcement des interventions et actions autour des malades.

Cependant, l’ARS rappelle que l’efficacité de ces mesures dépend également de l’implication de tous les acteurs publics et de chaque individu. La prévention de la dengue est une responsabilité collective.

En plus des recommandations susmentionnées, voici quelques gestes simples à adopter pour se protéger contre les piqûres de moustiques et éviter la prolifération de ces insectes :

🤒 Consulter un médecin en cas de forte fièvre, éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires.

Se protéger des piqûres :

  • 🚫🦟 Utilisation de moustiquaires (particulièrement pour les enfants).
  • Utilisation de répulsifs cutanés, particulièrement pour les malades et les personnes vivant à proximité de malades.
  • 👖 Port de vêtements longs.
  • Utilisation d’insecticides domestiques (diffuseur électrique d’insecticides, etc.).

Éviter la prolifération des moustiques en contrôlant régulièrement tous les lieux de reproduction à l’extérieur et à l’intérieur de la maison :

  • 🚫🪴💧 Éliminer les plantes en eau.
  • Supprimer les coupelles de pots à fleurs ou les remplacer par des dessous plats pour éviter la stagnation d’eau.
  • 🚫🫙💧 Éliminer ou renverser tous les objets susceptibles d’accumuler des eaux pluviales autour des habitations.

Il est important de noter que le moustique Aedes aegypti, vecteur de la dengue, ne se reproduit ni dans les zones de mangrove ni dans les eaux usées. D’autres types de moustiques, incapables de transmettre le virus de la dengue, peuvent proliférer dans ces milieux.

L’Agence de Santé de Guadeloupe, St Martin et St Barthélemy compte sur l’ensemble des médias pour relayer cette information cruciale et mobiliser la population dans la lutte contre le moustique vecteur de la dengue. La vigilance de tous est essentielle pour endiguer la propagation de cette maladie dangereuse.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Replay ETV

Revoir nos dernières émissions

A revoir sur ETV